Deux Drows , deux familles [Gaw'Yn]





 

Partagez | 
 

 Deux Drows , deux familles [Gaw'Yn]

Aller en bas 
AuteurMessage
Modérateur

Feuille de personnage
Faction: Aucune
Age:
Attributs:
AttributsComMagieEruPrésDiscré°EveilAdaptSocial
Stats
MessageSujet: Deux Drows , deux familles [Gaw'Yn]   Mar 5 Mai - 23:52


Le cri de désespoir d'un être, après sa mort, est sûrement la chose la plus terrifiante, la plus touchante, la plus impressionnante qui soit. Ce cri, lancinant, que pour cet être humain, lorsqu'il s'éteignait dans la souffrance, était un son si fascinant... Que quiconque se plongera sûrement des heures et des heures dans de longues réflexions visant à déterminer ce que pouvait représenter ce bruit.

Pourtant... J'y étais accomodée. Cette forêt était mon refuge, et il m'importait peu d'entendre le cri des vivants : seuls ceux des morts captivaient mon attention . Et leur nombre était incalculable, par ici. Je ne pouvais dormir tranquille sans que l'esprit d'un cadavre décharné ne vienne me rendre visite. Enfant, adulte, mendiant, ou noble... Ils étaient désormais sous une même enseigne. Celle de ceux qui ont traversé le portail menant vers l'au-delà.

Si seulement ce dernier pouvait exister. Pour toutes ces personnes, il ne restait que l'errance, le désespoir, la haine.... Ces sentiments qui les avaient menés à leur perte, tous autant qu'ils étaient. Elfe, gobelin, nain, ou Démon. Guidés par leurs sentiments, ils se sont fait dupés, croyant en l'amour, l'amitié, la confiance... Ces choses-là n'existaient pas. Et c'est pour cela que j'aimais ma solitude. J'étais loin de ces idioties, loin de ces idées que je jugeais utopistes... Et cela me suffisait amplement. Je voyais les sentiments de ces êtres, et je me sentais à l'aise, dans mon cocon dénué d'amour, de contacts bienheureux. Je me complaisais dans la froideur de la mort...

Mais ces dernières nuits avaient été paisibles. Personne n'était venu me déranger, dans mes draps froids. Mon propre corps ne dégageant plus vraiment de chaleur; du moins pas autant que ne pouvait le faire un être vivant, c'est dans cette maison abandonnée que je me complaisais. Peu chaleureuse, sombre, telle une représentation de mon coeur... Mais ce court répit fut interrompu par l'irruption nocturne d'un humain, qui hurlait sans cesse un unique mot, comme obnubilé par ce sentiment qu'il évoquait.

VENGEANCE ! VENGEANCE !

Alors que je lui portais un regard rapide, sans discerner de blessure apparente, il se remit à crier. J'avais pu comprendre à son apparat que cet humain fut de la classe supérieur, mais... Rien ne m'aidait à comprendre ce qui pouvait l'amener à crier ainsi à la vengeance. Haussant un sourcil, je laissais retomber mollement les draps sur ce modeste sommier; alors que je laissais apparaître mon corps à cet esprit. Les morts se fichaient de ce qu'ils voyaient. Ils mourraient avec un but en tête, une quête qu'ils devaient réaliser s'ils désiraient trouver le repos.

Le mort m'indiquait un certain poignard présent sur ma table de chevet. Il m'indiquait ce dernier avec insistance dans l'espoir que je m'en saisisse, chose que je fis assez prudemment. Il fallait être précautionneux avec les esprits, où ils ne tarderaient pas à devenir votre pire cauchemar... Ils hanteraient alors vos nuits, votre entourage... Oh non, ne vexez pas les morts...

Lorsque le moindre morceau de mon épiderme entra en contact avec la lame glacée, un hurlement retentit à nouveau. Mes oreilles vrillèrent, une grimace déformant partiellement mon visage... Cela dura quelques secondes, peut-être plus, alors que ce cri suraigu, lancinant, ne cessait de retentir tout autour de moi... J'en perdais même l'équilibre, chose qui ne m'arrivait que rarement. Vous vous souvenez quand je vous parlais de ces hurlements effrayants? Je venais surement d'en entendre un à l'instant. Puis le son cessa soudainement.

Reprenant mes esprits, je me relevais doucement, guettant le danger, mais je fus obligée de constater que la potentielle source de celui-ci s'était à nouveau évaporée... Pourtant... Il n'était pas là par hasard. Les morts ne venaient pas me voir sans but précis. Ils étaient attirés par cette aura que je dégagée, ma seule amie les guidant à travers ces contrées... Si ce noble était là, c'est qu'il cherchait quelque chose. Gardant mon poignard à la main, mon instinct me chuchotait de me rendre à la porte de la maisonnée. Cachant ma nudité d'une longue cape noire, qui cachait notamment mes oreilles et mes cheveux plus blanc que la lumière, j'ouvris la porte. Il était là, il m'attendait. Semblant plus calme que lors de son irruption, je le regardais, prenant la peine de le détailler. Même de dos, il ne semblait n'avoir été victime d'aucune attaque. Pourtant, il était ici. Que lui était-il arrivé? Je croisais le regard vide de cet esprit, et celui-ci m'indiquait silencieusement de le suivre. Chose que je fis sans rechigner. Les morts étaient mon seul but.

Cela faisait bien vingt minutes que je le suivais, et je regrettais de ne pas m'être chaussée. J'avais l'habitude de vivre nu-pieds, mais... Plus l'esprit s'avancait dans la forêt, plus celle-ci s'assombrissait. Je commençais à me méfier de cet humain. Où m'emmenait-il comme ça? Dans quel but? Aucune de mes questions ne trouvaient réponse, et très vite je me fis aussi silencieuse que la mort elle-même. Soudainement...

Une nouvelle clairière... Mais pas n'importe quelle clairière. Celle-ci semblait... Habitée. Nous étions peu à vivre reclu dans cette forêt, et plus la noirceur de celle-ci était grande, plus les dangers couraient. Pourtant, il y avait des gens ici. Je n'avais jamais entendu parler d'autre présence que moi. Mais les terres d'Érébion étaient immenses, et je n'étais surement pas la seule à rechercher l'isolement. L'esprit, lui, continuait de s'avancer... Et sans même réfléchir, je le suivais, mon poignard toujours à la main.

Quand soudainement, je vis un jeune enfant à quelques pas. Un Drow? Un jeune enfant, seul, dans ces bois? Je me revis un instant, lorsque je n'étais pas plus haute qu'une fleur fanée... Mais il  semblait "heureux". Il n'avait pas connu la mort. Cet enfant devait surement vivre avec ses parents. L'esprit s'avançait doucement du jeune garçon, et par réflexe, je fermais alors la marche. Mais... Les mots qui parvinrent à mes oreilles furent une désillusion.

Tuez-la... TUEZ-LA ! Ma famille, mon fils... Tous assassinés ! Je veux qu'il périsse, comme son père a tué les miens !  

Je me figeais, alors que ma lame brillait au clair de lune. L'enfant me regardait. Son regard... Son regard si intense, si... spécial... Lui aussi, il était différent. Il n'était pas un Drow. Il était quelque chose... d'autre. Tout comme moi... Incapable de détacher mon regard de cet enfant, l'esprit criait. Il voulait que je tue des innocents. Ce mort n'était qu'un autre être égoïste. Un être ne pensant qu'à la violence. Il n'avait pas un seul instant eu l'idée de l'emmener à un endroit pour le sauver... Il voulait qu'il meure, simplement parce qu'il était une enfant, qu'il était comme son propre fills

Alors que le noble se retournait vers moi, je discernais enfin sa blessure. Une entaille, profonde, longeant la gorge de celui-ci. Il avait été assassiné. Et je me trouvais surement dans le repère de cet assassin. Je retins alors mon souffle, mais je sentais déjà une présence derrière moi...

J'allais peut-être enfin partir de cette terre. La Mort me trouverait peut-être en cette soirée.

avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 14/04/2015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Deux Drows , deux familles [Gaw'Yn]   Mer 6 Mai - 19:52

Voilà maintenant cinq jours que Gaw'Yn était revenu dans la forêt Démérionne, comme à chaque fois, il était arrivé discrètement de nuit, à l'abri des regards. Il avait enfin pu enlacer sa femme et son fils qu'il n'avait plus vu depuis des mois. Des mois d'une suite d'assassinas longue et éprouvante, un haut gradé de l'armée naine, un démon dont la tête était mise à prix, un noble humain, un Si'Lura, et quelques autres. Mais ici, au cœur de cette sombre forêt, dans les bras de sa chère et tendre femme, Gaw'Yn laissait derrière lui le tueur. Ici, il n'y avait qu'un mari et un père de famille. Et Gaw'Yn avait bien l'intention de restait au près des siens durant plusieurs semaines, quelques mois peut-être. Pour profiter de la tranquillité que l'isolement procurait et de la sérénité que lui communiquait Snowige.

Le Drow délaissait son armure de cuir pour une tunique ample et sobre, puis troquait ses épées contre le marteau, la scie à bois et le papier à poncer. Ce n'était pas pour rien que leur maison était l'une des mieux entretenues. Chaque fois qu'il venait, Gaw'Yn trouvait de nouveau travaux à entreprendre : refaire le planché ou le plafond, repérer la porte de la chambre ou l'armoire du séjour. Il faut dire que, dans ces lieux reculés, isolés du reste du monde, il fallait apprendre à être autonome. Alors quand il n'était pas perché sur le toit à colmater une fuite, Gaw'Yn prenait la bêche et allait s'occuper des quelques bouts de terrains exploités par sa famille.

Quelques légumes : des carottes, des pommes de terre ; un peu de fruits et de céréales. Exploiter ces terres boisées n'était pas aisé. Mais si l'entraide n'était pas forcément le mot d'ordre dans cette communauté d'exilés, l'isolement les obligeaient tout de même à partager les ressources. Les petites parcelles exploitables, disséminées autour du village, avaient été reparties entre les habitants. Parfois clôturées pour éviter que les animaux sauvages ne viennent détruire les récoltes. En bref, Gaw'Yn profitait ici d'une vie simple et agréable, bien loin de la cruauté du monde extérieure.

Ce soir là, son fils Kuren voulu sortir dans la nuit. Gaw'Yn n'était pas rassuré, mais Snowige lui expliqua que ce n'était pas la première fois que leur petit avait ainsi la bougeotte nocturne. C'était sans doute du à sa récente métamorphose. En effet, quelques mois au part avant, Kuren s'était révélé capable de se transformer en panthère noire, démontrant ainsi qu'il avait clairement pris du côté Si'Lura de sa mère. Bien sûr, avec les premières métamorphoses, venaient des envies de libertés et de découvertes. Il est vrais que la forêt était un lieu sombre et dangereux. Mais c'était aussi un lieu isolé, parfait pour qu'un Si'Lura fasse ses premières armes.

Gaw'Yn n'était toujours pas rassuré, mais comme d'habitude, sa femme faisait bien ce qu'elle voulait de lui. Quelques mots, quelques caresses et un baisé, et voilà Gaw'Yn entrain de surveiller son chenapan de fils dans l'ombre de la nuit. Il faut avouer qu'avec sa vision nocturne, il avait peu de chance de perdre Kuren de vue. De plus, des nuits calmes de pleine lune comme celle là, il y en avait peu. Et Gaw'Yn, lui même créature des ombres, ne pouvait que comprendre l'envie de balade de son fils.

Kuren était accroupi, entrain d'observer un rongeur nocturne quand les sens de Gaw'Yn se mirent en alerte. Le Drow perçut une présence inconnue, puis ses yeux accrochèrent une sombre silhouette se découpant dans l'ombre. La silhouette s'avançait vers Kuren et quand Gaw'Yn vit l'éclat argenté du couteau, son sang ne fit qu'un tour. Il n'était peut-être pas un assassin en ces lieux, mais il n'était jamais désarmé non plus. Aussi Gaw'Yn saisit une dague qu'il dissimulait sous ses vêtements et se fondit dans les ombres pour s'approcher discrètement et rapidement et ainsi porter secoure à son fils.

L'esprit de Gaw'yn bouillonnait, tuer cette menace ? Ou juste blesser son bras armé ? Quand l'empathie du Drow ressentit la panique de son fils, il faillit abaisser sa lame. Mais quelque chose retient son coup. Cette ombre ne dégageait aucune agressivité. Or, commettre un meurtre éveille forcément des sentiments. L'angoisse et la peur si c'était une première fois, quelque chose de plus vil et de plus primaire si c'était une habitude, une espèce de fierté malsaine et de sensation de pouvoir. Gaw'Yn était bien placé pour le savoir. Pourtant, aucun sentiment fort ne se dégageait de cette ombre, tout juste la surprise et l'étonnement.

Et puis il y avait ces yeux d'émeraudes, luisant dans la nuit et cette aura particulière, comme si la mort encapuchonnée en personne était venue leur rendre visite. Ce fut sans cette sensation étrange qui retient le coup de Gaw'Yn. Mais c'était encore plus l'idée que Kuren voyait toute la scène. Son père savait le monde cruel, impitoyable, sanglant. Tant qu'il pourrait protéger son fils de l'horreur, il se démènerait pour le faire. Aussi, Gaw'Yn se plaça simplement discrètement derrière l'inconnu. La lame de sa dague effleura délitement la gorge de sa cible, se glissant habillement au delà de la capuche qui cachait son visage pour appuyer faiblement contre la peau.

"Ne bouge pas." Ordonna Gaw'Yn d'une voix basse et froide, s'étonnant un peu de ne ressentir ni peur ni appréhension émaner de l'inconnu, pourtant maintenant en mauvaise posture.

Le Drow eut un regard vers son fils qui ne se le fit pas dire deux fois. Il s'enfuit en courant sans se retourner avant d'avoir atteint la sécurité des bras de sa mère, qui le réceptionna à la porte de leur maison. Snowige avait été elle-même alertée en ressentant la détresse de son fils au travers de son empathie. Rassuré de savoir son fils en sécurité, Gaw'Yn put concentrer son attention sur l'inconnu.

"Lâche ton arme, exigea encore l'assassin."

Puis il déplaça un peu la lame de sa dague pour découvrir le visage de l'inconnu. Et quelle ne fut pas sa surprise de voir une chevelure d'un blanc éclatant d'où dépasser une paire d'oreilles effilées. Une drow ? Que faisait-elle ici ? Et pourquoi ?

"Qui es-tu ? Et comment es-tu arrivée ici ?" Questionna Gaw'Yn, de plus en plus perplexe.

La pression de la lame de sa dague diminua un peu, mais le Drow restait sur ses gardes.
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas

Feuille de personnage
Faction: Aucune
Age:
Attributs:
AttributsComMagieEruPrésDiscré°EveilAdaptSocial
Stats
MessageSujet: Re: Deux Drows , deux familles [Gaw'Yn]   Jeu 20 Aoû - 23:07

Notation :

- Nombre de réponses : 1 chacun, donc j'ai attribué 2 pts d'aventurier

- Analyse : Gaw'Yn étant mourru on ne pourra pas voir la suite malheureusement, mais j'ai trouvé que c'était un mon début et je note donc notre petite Dremo chérie. Je lui donne donc 2 Points d'aventurier et 1 d'Expérience de consolation ^^

- Qualité : 3 points d'Aventurier sans aucun doute ! Je n'ai pas vu de fautes, le style est très joli, il y a même une mise en page... Je n'ai rien à dire de plus.

- Longueur : 3 point d'Expérience pour la longueur démentielle et sa qualité ! Le récit est intriguant et captivant. J'aurai vou que le RP puisse se continuer ^^

Voilà, comme quoi même peu quand on a la qualité... On a du point petite chanceuse Razz


x2
avatar
Messages : 191
Date d'inscription : 05/05/2015
Age : 25
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Deux Drows , deux familles [Gaw'Yn]   

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Deux Drows , deux familles [Gaw'Yn]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Archives-
Sauter vers: