Histoire d'Erébion


Terre d'Erébion



 

Partagez | 
 

 Histoire d'Erébion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fonda powa
Messages : 366
Date d'inscription : 26/03/2015
MessageSujet: Histoire d'Erébion   Lun 30 Mar - 18:07

Histoire


   d'Erébion







Il y a de cela plusieurs siècles, de puissantes entités, que l’on nommera les Créateurs, unirent leur volonté pour créer une petite planète, avec un continent unique au cœur d’un univers étrange. Au gré du temps, qui n'existait alors pas encore, Ils la peuplèrent de milliers de créatures fabuleuses et mythiques.


On ne sait pas de quelle origine sont ces Créateurs, ni comment Ils créèrent exactement cette planète, ou encore pourquoi Ils la créèrent, mais Ils créèrent l'océan, d'abord unique, puis les terres. Un immense continent, le seul connu pour le moment, nommé Erébion, puis quelques îles, de tailles et formes diverses, tout autour du continent. Puis, on ne sait exactement quand, ni comment, ou pourquoi, mais la vie arriva en Erébion. Le premier de tous fut le Grand Dragon Bahamut, qui vint squatter la merveilleuse planète.
En guise de riposte, les Créateurs créèrent les premières formes de vie et les disposèrent en Erébion. Les animaux pour peupler et entretenir la planète, et les Eldars - la première forme de vie pensante -. Ils donnèrent à ces êtres élus des émotions, du caractère et des ambitions, comme ils le feront avec toutes les autres races après cela.
Les Eldars qui vivaient dans les forêts, développèrent une culture et des traditions grâce à ces émotions. De cette culture émergea plusieurs choses :
*Des villes et villages, au style et à l'architecture typique, faisant des arbres leur foyer. Ces villes et villages étaient tous similaires, poussant plus qu'étant bâtit. Les logements étaient faits du bois même des arbres qui les abritaient, ornés uniquement de gravures courbes et d'ondulations à même le bois, et étaient érigés en fonction du terrain et des cours d'eau qui les faisaient vivre, plus ou moins circulairement, autour du plus vieil arbre de la forêt qui les logeait, souvent le logement du "chef". Puis avec le développement et l'expansion des populations Eldars, ces derniers durent s'organiser et développèrent des fonctions.
*Ces fonctions, - les métiers - furent divers et variés, et représentaient plus les besoins et nécessités des membres du groupe qu'autre chose. Ils créèrent donc des fonctions utiles telles que les alchimistes, herboristes et autres cueilleurs, chargés de soigner et de nourrir les Eldars, les chasseurs - principalement archers -, chargés quand à eux de défendre les villes et villages des monstres et animaux sauvages, et évidemment, les "sages" - les chefs des villes et villages - et plus tard, avec le nombre trop élevé de sages, le Roi, chargés de diriger tout le monde. Bien évidemment, ils créèrent également des fonctions moins utiles, telles que les danseurs, et les bardes, chargés de chanter les exploits du groupe et de transmettre l'histoire des aïeux. Il existait bien d'autres fonctions, mais je ne vais pas tous les développer ici, ce serait bien trop long et fastidieux.
*Ils développèrent rapidement la langue orale, l'Eldar, qui n'est malheureusement plus parlée aujourd'hui, ainsi que l'écriture, inventant l'alphabet sarat (il faut prononcer le "t" final). Lui aussi n'est plus employé aujourd'hui.
*Les Eldars posèrent également les jalons de la religion qui a actuellement cours en Erébion, créant les débuts du panthéon.

Un peu plus tard, lorsque les créations des Créateurs pullulèrent en Erébion, Bahamut, le premier Dragon créa lui aussi quelques espèces afin de ne pas rester en reste. Il peupla Erébion de quelques monstres pour juguler le flux d'Eldars sur ses terres, ainsi que les Démons, pour les supplanter !
Dans les premiers temps, les Démons restèrent nomades, vivant au jour le jour en exterminant tout ce qui leur passait à portée. Puis, certains Démons se sédentarisèrent, à l'image des Eldars, établissant une ébauche de culture, pas assez stable cependant pour se développer comme celle des Eldars, notamment à cause de leur caractère impétueux.
*De cette sédentarisation émergea de petits villages loin des arbres, principalement dans les déserts et montagnes. Il n'y a eu pas de réel style cohérant et chaque village était différent, et même au sein d'un même village il était difficile de dégager un style particulier, tant chaque bâtisseur construisait sans consulter son voisin. Cela donnait aux villages Démoniaques un aspect chaotique, qui seyait tout à fait à cette nouvelle race.
*Pourtant, eux aussi développèrent rapidement des fonctions, bien que chaque individu doive en remplir plusieurs afin de subsister seul. C'est à eux que l'on devra plus tard des métiers comme assassin, braconnier ou mercenaire.
*Comme leurs rivaux, et sous l'égide des Dragons, ils développèrent leur propre langue orale, le Démoniaque, et leur propre écriture, l'écriture cunéiforme. Tout deux circulent encore dans la culture Démoniaque, même s'ils ont connus nombre de changements à travers le temps.
*Les Démons ne vivant pas spécialement en communauté, ils ne développèrent pas de réelle religion, même si plusieurs "clans" Démoniaques développèrent des cultes plus ou moins longs à travers le continent.

En voyant la création des Dragons, et voyant que les Démons étaient plus forts - physiquement - que les Eldars, ils lancèrent une nouvelle race sur le continent, pour épauler ces derniers. C'est ainsi qu'apparurent les premiers Nains. Censés épauler et fusionner avec les Eldars, les Nains, diamétralement opposés à leurs aïeux, tant par leurs caractères et que par leur apparence, ces derniers s'exilèrent rapidement dans les montagnes, y développant leur propre culture et traditions.
*Leurs villes et villages, souterrains, développa une architecture radicalement opposée de celle des Eldars. Leurs villes et villages sensiblement similaires également, étaient creusés à même les montagnes, agrandissant les galeries en fonction des besoins de place. Les logements, creusés à même la roche, prenaient une architecture très droite et angulaire, ornés au fur et à mesure avec les ressources qu'ils extrayaient des entrailles de la terre, principalement des métaux - du fer et de l'or - et des pierres précieuses en tout genre. Bien que respectueux de la terre, ils maîtrisèrent le terrain à leur guise, créant des dérivations aux rivières de lave qu'ils croisaient, se servant de leur lumière et des flammes qu'elle leur apportait pour éclairer leur galeries grâce à un tas de miroirs - naturels ou non - judicieusement placés sur leurs plafonds, ce qui, allié à l'or et aux pierres précieuses, donnait des couleurs jamais observées dans les villes Eldars.
Les maisons des "chefs" se trouvaient généralement au niveau le plus haut, le plus loin possible des nouvelles galeries, mais aussi loin des parois de la montagne, là où les galeries étaient les plus grandes, riches et éclairées. Bien sûr, forts de l'expérience de leurs ainés, les Nains s'organisèrent rapidement et développèrent leurs propres fonctions, aussi diverses que celles des Eldars.
*A l'instar de leurs ainés, les Nains créèrent des fonctions utiles à leurs communautés. Les mineurs notamment, chargés bien évidemment d'agrandir les galeries et de fournir le peuple en ressources, les forgerons et autres artisans chargés d'équiper tout le monde, et les guerriers - à la hache et à l'épée principalement - chargés de protéger les villes et villages des monstres qui s'y introduisaient, que ce soit par les galeries ou par les portes d'entrée, ainsi que les Rois, chargés de diriger tout ce beau monde. Tout comme leurs ainés, ils créèrent une fonction moins utile que les autres, le conteur, chargé comme les bardes chez les Eldars, de transmettre l'histoire des Aïeux aux foules.
*De leur court passé chez les Eldars, les Nains développèrent rapidement leur langage oral, le Nanien - qui a des similitudes avec l'Eldar, même s'il est légèrement différent - ainsi que leur propre alphabet, les runes - qui est totalement différent de l'alphabet Eldar ! -.
*Les Nains ajoutèrent également leurs propres divinités au Panthéon qu'avaient créé les Eldars, et étendirent la religion.

Voyant que les Nains et les Eldars étaient trop différents pour s'épauler efficacement pour lutter contre l'influence - la menace même -  des Démons et des Dragons, les Créateurs créèrent une nouvelle race, un peu plus semblable à celle des Eldars : les Si'Luras. Ces derniers rejoignirent les Eldars, malgré leur différence, développant une culture et des traditions semblables à celles de leurs ainés, mais avec quelques différences, vivant près de ces derniers, mais à l'écart malgré tout.
*Ils vivent en communion avec la nature, comme leurs ainés Eldars, mais ne modèlent pas la nature d'eux même, se contentant de vivre comme les animaux le font, ou alors dans les villages Eldars - et par la suite, les villages Elfiques -, évitant les trop grandes villes.
*Afin de s'intégrer aux villages dans lesquels ils s'établissent, certains Si'Luras accomplissent les mêmes fonctions que leurs ainés Eldars - ou Elfes, encore une fois -, mais la plupart d'entre eux préfèrent vivre de façon autonome et solitaire, subsistant sous forme animal, à la façon des animaux qu'ils prennent pour modèle.
*Bien que vivant avec les Eldars, les Si'Luras ont développés leur propre langue orale, sorte de compromis entre la langue Eldar et la langue animale : Le Xa'has. Et bien qu'ils aient du mal avec le concept d'écriture, ils ont tout de même adopté le même alphabet que les Eldars - et les Elfes après la Scission - pour cohabiter avec eux.
*Une fois encore, les rares Si'Luras que cela intéressait, adoptèrent la religion Eldar - les prémisses de ce qu'est la religion actuelle en Erébion -, y ajoutant malgré tout quelques divinités personnelles, modifiant une nouvelle fois la religion en Erébion.

Seulement ce que les Créateurs n’avaient pas prévu, c’est que ces êtres si parfaitement créés, n'utiliseraient pas ce cadeau divin uniquement pour la création. Ainsi, leur ambition les poussa à s’opposer brutalement les uns aux autres. Ce furent les Eldars qui, les premiers, se déchirèrent, donnant lieu à des massacres et à de la barbarie innommable. Les Nains furent les suivants, et tout deux aboutirent à une séparation en deux "races" distinctes. Les Eldars se séparèrent en Elfes et en Drows, créant de nouvelles langues, écritures, cultures et même traditions, diamétralement opposées, pourtant fondées sur les mêmes bases, et les Nains firent de même.
Certains allèrent même jusqu'à s'exiler en surface, appelés "Surfaciens" par ceux qui restèrent sous terre - ce terme est péjoratif et insultant - Cette séparation n'aboutit pas à la fondation d'une nouvelle culture mais une certaine rancune tient toujours entre les Surfaciens et les Nains.

Les Créateurs se refusaient à intervenir directement, créant une nouvelle "race" pour tempérer les précédentes : les Humains. Cependant, une nouvelle fois, ces derniers ne remplirent pas réellement leur office, et rejoignirent leurs ainés dans les conflits, intensifiant ces derniers.

Les Humains développèrent évidemment leur propre culture et traditions, fondant des villes et villages dans les plaines, montagnes, et autre, aidés des Surfaciens autant que des Elfes et Si'Luras, ayant très peu de contacts avec les Drows, Nains et Démons. C'est ce qui influença profondément leur culture.
*Leurs villes et villages prirent une architecture caractéristique, faits aussi bien de bâtisses de pierres - influencés par les Surfaciens - que de bois - influencés cette fois par les Elfes -, développant leur propre style, maitrisant en un rien de temps le terrain comme les Nains le faisaient sous terre - technique reçue des Surfaciens, non des Nains -. Ils créèrent aussi bien des châteaux pour leurs Rois, que des maisonnettes pour leurs habitants, fortifiant leurs villes de remparts et autres.
Tout comme leurs ainés, ils s'organisèrent en divers fonctions qu'ils nommèrent métier.
*Aussi doués que leurs ainés, ils reprirent les mêmes fonctions qu'eux, y ajoutant malgré tout certains métiers d'utilité plus ou moins évidente, tels que les taverniers et autres artisans de moindre importance - coiffeurs, barbiers, etc... - chargés de s'occuper de membres de la haute société, les artisans plus utiles, comme les tanneurs, les bouchers ou autres, chargés de nourrir, d'équiper et tout un tas d'autres fonctions la population, et, comme les autres races, les Gouverneurs et Rois, chargés de tous les diriger.
*Tout comme leurs ainés, ils développèrent leur propre langue orale, l'Humain, ainsi que leur propre alphabet, les lettres - l'alphabet latin que nous utilisons - qui évoluèrent très peu à travers le temps.
*Eux aussi ajoutèrent leurs Dieux au Panthéon, achevant de faire de la religion ce qu'elle est aujourd'hui.

Bien qu'initialement créés dans un autre but, les créations intelligentes peuplant le continent continuèrent de se déchirer autant que de s'améliorer et, en deux millénaires, les Humains, dirigés par l'un des Rois de Solariàs, Anko, prirent l'initiative de développer le cosmopolitisme, réunissant Elfes, Surfaciens, Démons, Humains et Si'Luras dans une même Cité, la Cité perdue. Ensemble, ils y développent une même langue - le commun - ainsi qu'une même devise - l'Ecu d'or - afin de commercer ensemble. Pendant ce même temps, et ce malgré l'émergence du cosmopolitisme, les conflits inter-raciaux s'intensifièrent, et après quelques centaines d’années de lutte, trois factions se dessinèrent dans l’apparent chaos des batailles, et elles avaient chacune leurs ambitions. Pour chacune d’entre elle, la vision des choses de l’autre camp était mauvaise, et c'est ainsi que naquirent les prémisses de ce que seraient les trois factions régnant en Erébion : les Fëanturis, les Glindals, et les Valars. Les combats prirent alors une autre tournure, plus rangée, moins chaotique.

Avec l'émergence du cosmopolitisme et des différents courants de pensées - les factions donc -, des frontières se tracèrent en Erébion, en redessinant le territoire. Les villes auparavant indigènes se muèrent progressivement en Cités cosmopolites, puis en capitales, unies uniquement par une idéologie - Les Valars, ou les Fëanturis -. En peu de temps, les petits combats épars se muèrent en grandes guerres fratricides, comme l'avaient étés celles entre les Eldars et les Nains quelques siècles auparavant, rebaptisant ainsi certains lieux tels que la plus grande capitale d’Erébion en Riverouge. Plus personne ne se souvient de son ancien nom. Il y eu énormément de souffrances, de douleurs et de pleurs… Les armes volèrent et frappèrent des années, des siècles durant même. Mais aucun camp n’arrivait à prendre le dessus sur ses rivaux. C’est alors, après environ deux millénaires, que les Créateurs se décidèrent à intervenir directement. Alors, à chaque guerre, ils firent se déchainer les éléments, pour faire comprendre aux Hommes, aux Elfes, aux Nains, et à toutes les autres races peuplant ces terres, qu’il en était assez.

Chacun avait sa façon d’interpréter ces signes divins des Créateurs. Les Fëanturis en profitèrent pour prendre le dessus sur leurs ennemis, ils se mirent les Glindals dans la poche et repoussèrent les Valars. Ces derniers se retranchèrent dans les terres s’éloignant du chaos qui régnait en Erébion pour se relever. Ils avaient eux aussi subit beaucoup de perte et les Fëanturis avaient joués les bonnes cartes auprès des Glindals…

Après que les Créateurs se soient déchainés en Erébion, et aient fait comprendre leur colère à leurs sujets, que les combats cessaient, ils se retirèrent et laissèrent à nouveau le temps aux hommes de changer.
C'est à ce moment là qu'une nouvelle race jailli des profondeurs des cavernes des Dragons, les Drakéïds. Ces derniers avait déjà développés leur culture et leurs traditions, intimement liées à celles des Dragons, vivant comme ces derniers, dans des grottes en familles.
*En émergeant des cavernes draconiques, les Drakéïds se mêlèrent aux Cités déjà quasiment cosmopolites, n'y intégrant que très peu - voire pas du tout en fait - d'éléments personnels, laissant leur passé de Dragon dans les cavernes qu'ils avaient quittés, s'adaptant rapidement aux races déjà établies.
*Ils en firent autant pour leur "fonction", préférant remplir les mêmes fonctions que leurs cousins Démoniaques, ou certains métiers Nains tels que la forge - domaine dans lequel ils se révélèrent presque aussi bons -.
*Malgré leur rapide adaptation à l'univers cosmopolite dans lequel ils évoluaient, ils restèrent cependant très fiers de leur langue Draconique, refusant de la perdre, apprenant le Commun pour communiquer avec les autres, parlant Draconique entre eux et avec les Dragons.
*Et tout comme pour l'architecture et autres éléments, certains adoptèrent la religion établie en Erébion, les autres préférant ignorer tout cela pour rester fidèles à leurs parents Dragons.

Evidemment, comme il l'était à prévoir, rien ne se passa comme les Créateurs l'avaient souhaités… Les guerres ouvertes s’arrêtèrent mais ce n’est pas pour autant que les factions lâchèrent prise. Ils ne pouvaient plus se battre directement ? Eh bien soit, la discrétion serait alors leur plus grand allié. C’est ainsi que les trois factions continuèrent à se mettre joyeusement sur la tronche, se divisant en interne en plusieurs Guildes, selon les courants de pensées. Assassins, mercenaires, guerriers, voleurs, tout serait bon pour détruire petit à petit l’une ou l’autre personne qui ne voudrait se convertir à l’une ou l’autre des factions, ou à vivre en laissant son voisin s'occuper de sa propre pensée, indépendamment.

Evidemment, les recherches effectuées dans un premier temps pour alimenter le conflit Valar-Fëanturi, aboutirent tout de même à certaines évolutions ; les bateaux et autres Aéronefs, la poudre noire et autres explosifs en tout genre, les aqueducs et autres constructions utiles, l'ingénierie et autres techniques, etc... Tout cela mena à ce qu'est Erébion aujourd'hui.
Et ce n'est que récemment, deux millénaires à peine, que des membres "pacifistes" des trois camps - la Guilde du Savoir, les Glindals, et la Guilde des Croyants - se détournèrent des combats pour se tourner vers la recherche et l'exploration d'autres terres, envoyant des navires - des immenses galères aux récents Aéronefs - sur les routes "sûres" des îles alentours ainsi que sur l'océan. Evidemment, cette exploration récente ne se fait pas rapidement pour plusieurs raisons. Tout d'abord, bien que téméraires, ceux qui prirent la mer restent malgré tout ancrés de traditions et craignent donc cet immense inconnu et ses dangers, autant à cause des mythes décrits dans le Doduaire - le livre saint d'Erébion -, interdisant de trop s'éloigner du continent, que des monstres capable de les envoyer par le fond et y prenant vie.

Ensuite, et c'est sûrement là le plus grand frein à l'exploration, certaines personnes qui profitèrent de ce nouvel intérêt pour le large pour s'ériger en rois des mers, arpentant ces eaux en pillant les bâtiments qu'ils croisent pour s'enrichir, peu important leur pavillon - Glindal, Valar ou Fëanturi - ou origine. Ces personnes prirent le nom de pirates et furent aussi craints que les créatures marines elles-mêmes, mais aussi convoités que les mercenaires sur les terres, pour les mêmes raisons.
Evidemment, certains de ces pirates furent embrigadés par les divers gouvernements pour devenir corsaires, moins attirés par l'honneur que par l'appât du gain, car les gouvernements se payent les services des corsaires -autant que des bons mercenaires - à prix d'or, surtout lorsqu'ils sont bien équipés et doués.





Codage by Lillyth Lissager, pour les Terres d'Erébion. Toute reproduction, même partielle, est interdite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terre-erebion.forum-officiel.com
 

Histoire d'Erébion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: L'antre du joueur :: Réglement & Contexte-