Moonrise [Fini]


Terre d'Erébion



 

Partagez | 
 

 Moonrise [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Moonrise [Fini]   Ven 20 Nov - 14:57


Présentation  
    Du personnage
  

   Prénom & Nom : Laureline Ninquelotë
   Sexe : Femme
   Âge du personnage : 15 ans
   Race : Humaine
   Métier/Rang: Voleuse
   Factions : Fëanturi, guilde des croyants
   Arme(s) : Un petit poignard.
   Compétence magique : Oui, faudra voir plus bas !
  
   
Description
    Physique
  


   Laureline est une jeune demoiselle d'apparence fragile. Il est presque difficile de deviner qu'elle a quinze ans, tellement elle paraît jeune. Elle mesure un mètre soixante-dix, mais est vraiment très fine et svelte, toute légère. On pourrait presque croire qu'elle va s'envoler si le vent se met à souffler trop fort. Elle n'a d'ailleurs que très peu de poitrine, et risque de ne pas en avoir beaucoup. Sa peau est extrêmement pale, toute blanche, puisqu'elle n'a quasiment jamais été exposée au soleil. Elle est d'ailleurs très -trop- sensible à l'astre du jour, préférant se balader dans la nuit. En effet, elle redoute la chaleur, et sa peau devient très vite rouge si elle reste trop longtemps à la lumière, sans compter les coups de soleil qui apparaissent très vite. Le grain de sa peau reste cependant très doux au toucher, et les traits de son visage sont très fins. Elle possède deux grands yeux verts d'une belle couleur d'émeraude. C'est l'une des rares pointes de couleur sur son visage d'ailleurs, avec ses lèvres d'un délicat rose pâle. Elle a sinon une longue chevelure blanche, qui lui tombe au niveau des hanches. Elle ne les attache que rarement. De même, elle porte souvent une simple robe blanche. De fait, elle est souvent confondu avec un fantôme dans la nuit, lorsque la lumière de la Lune se reflète sur elle. Pourtant, il n'en est rien, elle est bien faite de chair et de sang. Autre signe particulier, elle possède une marque clair en forme de croissant de lune sur sa hanche gauche.

Elle porte une ceinture de cuir à laquelle est rattachée une petite sacoche, contenant ses biens les plus précieux -généralement de quoi subsister, et un simple livre de contes et de chansons. A cette même ceinture est rattachée le petit fourreau de son poignard, dont elle ne se sert qu'en dernier recours. Elle a une voix claire et aiguë, qui devient très fluide lorsqu'elle se met à chanter.

Elle possède un animal de compagnie. Un chat tout blanc nommé Elwë. Il a une fourrure mi-longue et toute douce et de grandes oreilles. La particularité de l'animal réside dans ses yeux, qui sont vairons. En effet, l'oeil gauche est bleu alors que le droit est d'une belle couleur verte claire. Il la suit partout, les deux ayant tissés un fort lien ensemble.




  
Description
    Mentale
  


   Laureline est une jeune demoiselle d'une méfiance extrême. Ayant vécu dans une sorte d'angoisse permanente, elle est désormais libre mais se méfie de tout le monde. Le moindre craquement de brindilles peut lui faire exécuter un magnifique bond de trois mètres. De fait, elle n'accorde que très difficilement sa confiance aux gens. De même, il suffit d'une seule trahison pour qu'elle se braque et ne vous accorde plus jamais sa confiance. Elle préfère ne croire qu'en elle pour sa survie. Il est très difficile de l'approcher, ayant l'habitude de se cacher et de ne pas se montrer. Elle a pourtant une indulgence pour les enfants, et les personnes blessées qui de toute façon seront incapables de les blesser.

Elle a en horreur les liens physiques qui l'empêchent de bouger (cordes, chaînes, lianes, etc...) et elle tient à être en pleine possession de son corps et de ses gestes. Si vous veniez à l'entraver, en tenant trop fort son poignet par exemple, elle vous frappera et vous mordra voire vous poignardera jusqu'à ce que vous la lâchiez. Néanmoins, elle n'a que très peu de force physique, et elle ne fait pas très mal quand elle décide de frapper.

Si on réussit à sympathiser avec elle et à passer outre l'animal sauvage qu'elle peut être, on peut découvrir une jeune demoiselle polie et civilisée, plutôt mature et qui respecte totalement les choix et les libertés de chacun. Elle est d'un naturel très calme et se met très rarement en colère, ayant pour habitude de conserver son sang-froid, entre autre à cause de son métier. On peut aussi découvrir quelqu'un de très sensible, qui ne connait pas beaucoup la gentillesse humaine. Paradoxalement, elle est plutôt généreuse, agissant avec les gens comme elle aurait aimé qu'on agisse pour elle, même si chacun de ses gestes est calculé et méfiant.

Par contre, il faut avouer qu'étant consciente de sa faiblesse physique (il suffit de cogner un peu fort pour la mettre hors d'état de nuire), elle reste très craintive et fuyante, presque lâche. Elle a plutôt tendance à agir dans l'ombre, et ne déclenche jamais de combats. Elle fuit automatiquement tout affrontement auquel elle pourrait être confronté, de crainte d'y laisser sa peau. Elle ira rarement contredire quelqu'un, et si jamais quelqu'un la capture, elle aura tendance à se laisser faire et manipuler qu'à tenter de se défendre, pour pouvoir fuir au bon moment. Elle est plutôt soumise, et se pliera à une hiérarchie parfois injuste pour échapper à une sanction que son organisme ne pourrait pas tolérer. Par contre, son obsession pour la fuite grandira de façon croissante ; si elle déteste les chaînes physiques, les soumissions mentales sont tout aussi terribles pour elle.

C'est une grande amatrice de la nuit. Ne supportant que très peu la lumière du soleil, elle est devenue presque nocturne, et adore se promener dans la forêt à ces moments là. Elle est silencieuse et discrète, redécouvrant avec plaisir tout un nouveau monde. Son calme et sa sérénité lui permettent d'ailleurs de ne pas -trop- faire fuir les animaux, et diminue le risque d'attaques. Si les créatures humanoïdes étaient plus sensibles à ce genre de choses, elle serait bien plus heureuse et beaucoup moins embêtée.

Quant à Elwë, c'est un jeune chat un peu insouciant, qui adore Laureline. Il la suit partout, près à la suivre dans n'importe quelle galère, et accepte qu'elle se serve de lui pour commettre ses larcins. Bien qu'indépendant, il est très attaché à sa maîtresse dont il ne peut se passer. Les deux sont presque indissociables. Il n'hésiterait pas à se jeter sur un démon pour la protéger. Il a d'ailleurs tendance à feuler contre les personnes qu'il n'aime pas, et il sait que sa compagne humaine va prendre en compte son envie. Il a cependant tendance à abuser de cette technique lorsqu'il est jaloux d'une personne, et souhaite que la demoiselle ne voit que lui.



  
Votre
    Histoire
  


  

Laureline vint au monde lors de la saison froide, lorsque la neige étouffe le moindre bruit et que la lune ronde et scintillante fait briller les cristaux gelés. Née dans un village d'humains, ses parents étaient tous deux des croyants un peu trop zélés. Membres des Fëanturi, et plus particulièrement des disciples de Brelor, ils étaient plutôt fiers de leur petite fille, qu'ils allaient pouvoir initier à la religion et aux croyances dès qu'elle saurait tenir debout. Une drôle de vie attendait le nourrisson, qui finirait probablement lobotomisé dès son plus jeune âge, formatée pour devenir une fanatique. Mais tout ne se passa pas comme prévu.

La petite fille était née une nuit de pleine Lune, et sans que jamais personne ne puisse deviner pourquoi, Farane décida de lui rendre service. On racontait que comme certains Dieux, elle aimait bien se balader parmi ses disciples. Mais Laureline attira plus particulièrement son attention.

Alors que la maison était ensommeillée, la déesse s'approcha du berceau où elle reposait, et l'observa attentivement, comme si elle lisait quelque chose en elle.

« Un bien triste destin t'attend, auquel je ne peux te soustraire. Mais je peux peut-être faire quelque chose pour te donner la force, le courage et la patience d'endurer ton existence. Je te bénis, fille de Lune. Je surveillerai ta vie comme je surveille celle de mes autres disciples. Accepte le cadeau que je te fais, et chéris-le. Préserve ton innocence et ton libre-arbitre comme les plus précieux des trésors. Cela te rendra l'avenir plus doux. N'oublie pas de garder courage, car un jour, tout s'arrange. »

Elle effleura alors le front de l'enfant du bout des doigts. Aussitôt, une transformation commença à s'opérer. Les cheveux de l'enfant, au début châtain clair, commencèrent à s'éclaircir jusqu'à complètement blanchir. Sa peau elle aussi pâlit, prenant un léger teint laiteux. Et un croissant de lune argenté se dessina sur sa hanche, preuve qu'il s'agissait bien là d'une bénédiction d'un Dieu en personne, et non pas une malédiction jetée au hasard par un passant ou un sorcier novice qui ne maîtrisait pas ses pouvoirs, ni sa langue. L'enfant commença à s'agiter dans son sommeil, prête à se réveiller.

« Pour le moment, tu ne te souviendras pas de ce qui s'est passé cette nuit-là. Tu penseras peut-être à un rêve. Mais un jour, tout te reviendra. »

Et comme elle était venue, la déesse repartit, en silence.

Le lendemain matin, lorsque la mère de Laureline vint la voir, elle poussa un cri strident et appela son mari à la rescousse. Néanmoins, ça n'était pas un cri d'horreur ou d'effroi, plutôt un émerveillement soulagé. Le couple se réunit au-dessus du couffin avec un petit sourire empli d'amour ? D'affection ? D'ambition ?... Pour leur fille.

« Tu te rends compte de tout ce qu'on va pouvoir faire d'elle ? »
« Oh oui. Nous allons pouvoir accomplir de grandes choses. »

Et le destin de l'enfant fut scellé sur ses quelques paroles. Nous pouvons nous demander si la vie difficile dévoilée par Farane a été provoquée par sa propre bénédiction, ou s'il était déjà écrit quelque part que la déesse, quoiqu'il se passe, la bénirait, et qu'en réalité Laureline n'avait eu qu'un chemin de vie possible, celle d'une future icône et victime de fous.

Le monde était noir, entièrement noir et toujours noir. Pas seulement à cause de la bassesse de caractère et d'âme de certaines personnes, mais aussi parce que Laureline était cloîtrée dans une cave. Elle avait désormais sept ans et n'avait jamais vu la lumière du soleil. Ses parents étaient convaincus que puisque la Lune l'avait béni, elle ne pouvait être exposé qu'à sa lumière, et que celle du soleil était impure pour elle. Elle passait donc ses journées portes et volets clôt, souvent à dormir, n'ayant rien à faire. Et lorsque la nuit tombait, le soupirail de sa cave était ouvert pour qu'elle puisse profiter de la lumière lunaire, la seule qui lui était autorisée. Elle n'avait cependant pas le droit de sortir, étant trop « pure » et trop « précieuse » pour le monde extérieur. Lorsqu'elle sortait, c'était uniquement sous étroite surveillance, pour servir de porte-parole. Elle ne savait pas pourquoi, mais on lui avait attribué le pouvoir de savoir ce que Farane voulait que ses sujets fassent. En réalité, elle n'en avait aucune idée, elle ne la connaissait pas, à part dans le livres de contes et de légendes qu'on lui avait donné et qu'elle lisait chaque fois que la lune éclairait son abri de misère. De plus, les trois quarts des discours étaient en réalité fait par ses parents. Longtemps la jeune fille avait ignoré que ses géniteurs, en plus d'être un couple de fanatiques ils étaient également un sacré duo de baratineurs. En réalité, ils faisaient passer leur fille pour une représentante de la Lune, que chaque offrande qui lui était faite était directement rapportée à leur Déesse. Qu'elle pouvait apposer une marque sur chacun d'eux pour que Farane vienne personnellement s'occuper d'eux. Bien entendu, tout était faux, mais les faibles d'esprits n'avaient en général pas besoin de preuves pour croire en quelque chose ; un discours bien rodée pouvait être assez convainquant pour eux. Et la jeune demoiselle était transformée en pantin.

Lorsqu'elle sortait, elle devait surtout rester plantée sur une estrade et attendre patiemment que ses parents aient fini leur discours enjôleurs. Parfois, elle accentuait les propos d'un geste ou d'un sourire, comme pour rendre crédible toute cette mascarade. Elle trouvait tout ceci triste en vérité, mais ses parents avaient ri quand elle avait essayé de leur expliquer. Et très vite, elle avait compris qu'ils étaient tout simplement devenus fous. Ce qui lui avait fait comprendre que la raison avait quitté l'esprit de sa famille ce fut une petite anecdote ridicule. Un jour, sa mère avait décidé que pour la rendre plus pure, elle ne mangerait que des aliments blancs : lait, fromages, crèmes, œufs -sans le jaune, bien entendu-, navet, asperges blanches, mie de pain, etc. Au bout d'un mois, elle était à moitié morte et le médecin qui l'ausculta ordonna à ses parents de la nourrir convenablement, sans quoi elle ne resterait pas longtemps sur cette terre, et que ça n'était pas des haricots verts ou un steak qui allaient retirer la bénédiction. A ce moment là, elle comprit qu'ils étaient complètement dérangés.

Laureline détestait lorsque des gens la payaient (ou payer ses bourreaux plutôt) pour qu'elle accomplisse à leur place un certain rituel. De ce qu'elle avait compris, c'était celui qui servait à demander pardon pour une faute commise envers la déesse, et qui consistait à passer deux jours et deux nuits à danser, jusqu'à sentir une brise contre son corps, signe que le pardon était accordé. La demoiselle trouvait bizarre que ça soit à elle de demander pardon pour un autre, mais ses parents ne voyaient que l'or et l'argent des pièces. L'avarice avait fini par supplanter leur foi, et ils s'aveuglaient en se disant qu'ainsi, ils vénéraient d'une certaine manière Farane : en gardant en vie sa protégée, et en lui faisant accomplir son destin. La jeune fille pouvait donc se retrouver à passer deux jours et deux nuits à danser sans interruption. C'était la seule occasion où elle mettait le nez dehors en plein jour et la lumière du soleil la rendait malade. Elle n'avait jamais connu une telle chaleur et puissance de feu, et elle avait l'impression de devenir aveugle. Sans compter l'épuisement global de son état. Son corps faiblissait à vue d'oeil, alors que sa peau était blanche et cireuse. Elle tenait les deux jours, attendait la brise, et s'effondrait au sol comme un tas de chiffon, épuisée. On la remettait dans sa cave, elle se reposait, et le même cirque recommençait. Prêcher la bonne parole, recevoir des offrandes dont elle ne voulait pas, danser, et mourir lentement. Voilà quoi ressemblait sa vie. Elle ne savait pas si elle détestait Farane, ou si c'était cette dernière qui la détestait de se servir ainsi d'une bénédiction.

Pourtant, la demoiselle n'était pas seule. Elle avait en effet deux amis. Le premier était Elwë, un chat blanc qui lui rendait visite le soir, lorsque ses parents dormaient sur leur deux oreilles. C'était vrai, elle ne pouvait pas forcer une porte en acajou fermant de l'extérieur, n'est-ce pas ? Et il aurait fallu être un petit animal pour passer par le soupirail.

Sa première rencontre avec le chat remontait à quelques temps. Elle devait avoir neuf ans, et lui n'était alors qu'un petit chaton abandonné. Il faisait nuit, une nuit de pleine lune. Elle était assise contre le mur en pierre et chantait. Elle adorait chanter. Elle passait son temps libre à ça lorsqu'il faisait noir. Et puis elle avait entendu un bruit. A force de passer son temps dans le noir et le silence, son ouïe et sa vue s'étaient développés. Surtout sa vue, puisqu'elle était parfaitement nyctalope. Elle s'était redressée pour regarder par la petite ouverture et avait découvert un minuscule chaton blanc, qui la fixait avec des yeux bicolores. Son premier réflexe fut de tendre la main pour le caresser, mais ses pupilles étaient devenues deux fentes alors qu'il commençait à feuler. Il devait être sauvage, ou habitué à la mauvaise main de l'homme.

Elle avait alors regardé autour d'elle, repérant son assiette qui contenait son repas du soir. Il restait encore un peu d'agneau, et elle ramassa l'écuelle pour la faire glisser vers le chat. Ce dernier observa le repas, au début méfiant. Mais la faim surpassa sa peur et il finit par se jeter sur les restes de viande, les engloutissant à une vitesse folle. Puis, il la toisa. Les deux se fixèrent ainsi un long moment, avant que le chaton se détourne et s'en aille. Il n'alla cependant pas loin, dormant sous un buisson de houx où il parvenait à se glisser. Ce fut le début d'une grande amitié.

Petit à petit, les deux s'apprivoisèrent mutuellement. Laureline lui donnait de quoi se nourrir, et Elwë lui offrait une compagnie vivante dont elle manquait cruellement. Cela prit du temps, mais désormais, il acceptait de rentrer avec elle dans la cave. Alors, la jeune fille chantait pour lui, le caressait, dormait avec lui, jouait. Il devint vital pour elle, représentant une réalité tangible à laquelle elle commençait à ne plus croire. Depuis cet instant, ils sont inséparables. Même lorsqu'elle était condamnée à danser pendant deux jours et deux nuits, il restait près d'elle, miaulant doucement pour l'encourager quand tout le monde avait le dos tourné.

L'autre proche de Laureline était Isil. La demoiselle devait avoir six ans lorsqu'elle était apparue. Après un mauvais rêve, Laureline s'était réveillée et avait fondu en larmes, souhaitant désespérément que quelqu'un soit là. Et miraculeusement, Isil avait décidé d'apparaître. Il s'agissait d'une jeune adolescente qui ressemblait énormément à un personnage du livre de contes que la fillette lisait : il s'agissait de Farane. Bien entendu, certains détails avaient été changés, et elle faisait plus jeune, mais c'était bien elle. Dans le plus grand silence, elle parla à l'enfant dans sa tête, la réconfortant, l'encourageant. Elle l'aida à se recoucher et à se rendormir. Et depuis ce jour, chaque fois qu'elle était seule ou qu'elle avait besoin d'aide, Isil apparaissait.

En réalité, Isil n'était pas une représentation de Farane, ni même une autre image de cette dernière pour venir surveiller sa protégée. Il s'agissait ni plus ni moins d'un ami imaginaire. Ou d'une amie. Façonnée inconsciemment grâce au dessin de Farane et de son imagination, ce fut la première amie de Laureline, représentant tout ce que l'enfant souhaitait le plus au monde : quelqu'un qui l'écoute, qui la console et qui l'aime pour ce qu'elle était et non pour ce qu'elle représentait. Très vite, elle se rapprocha de son amie imaginaire qui bien que fictive fut salvatrice. Elle l'initia au chant, elle lui raconta des histoires, la complimenta et lui dit tout ce qu'elle aurait aimé entendre. Elle ne s'enfuit pas lorsqu'Elwë entra dans la vie de l'enfant. Et bien entendu, personne ne pouvait la voir, et l'enfant se gardait bien de parler d'elle.

C'est à l'approche de la puberté et avec ses deux amis qu'elle découvrit son pouvoir. Ce fut Isil, une partie de son subconscient détaché d'elle, qui lui souffla les paroles. Lorsqu'elle chanta un soir, elle découvrit qu'Elwë ressentait étrangement les effets des paroles. Petit à petit, il perdit de sa consistance jusqu'à devenir immatériel. Il arpenta la pièce sous sa nouvelle forme, surprit, avant de sortir par le soupirail. Néanmoins, lorsqu'il disparut du champ de vision de la demoiselle, il reprit son apparence de chat tout à fait normal. C'était un premier pas vers le début de son pouvoir.

Elle décida donc de passer le reste de ses nuits à s'entraîner, sollicitant Elwë pour développer son pouvoir. Il acceptait de bon cœur, et il ne semblait pas mal à l'aise de se transformer en esprit. Petit à petit, elle maîtrisait mieux son pouvoir et comprenait ses limites. Par contre, elle mettait beaucoup de temps à récupérer, ce qui se ressentait sur son « travail d'élu » que ses parents, ayant désormais tourné toute leur foi vers l'argent. Les gens étaient parfois plus sceptiques. La chance commençait à tourner, à mal tourner.

Un jour, son corps décida de montrer qu'elle était officiellement une femme. Et ce fut le début de la fin.

Découvrant la chose, ses parents décidèrent de tenir une sorte de réunion entre eux, pour voir quoi faire. Ils voulaient profiter de cet avantage, de cette pureté qui était offerte. Ils prirent donc l'initiative de vendre cette innocence au plus offrant. Le premier qui bénéficierait de sa pureté recevrait une bénédiction spéciale. Du moins, c'est ce qu'ils prétendaient. C'était faux, mais personne ne le saurait jamais. Bien entendu, il faudrait payer le prix fort pour parvenir à obtenir cette âme pure.

Laureline comprit leurs desseins lorsque sa mère décida, en chantant, de venir lui peigner et lui attacher les cheveux. C'était la première fois de sa vie qu'elle faisait ça, et c'était trop louche pour être sincère. Brièvement, elle expliqua à la demoiselle que demain serait sa grande nuit, et qu'elle honorerait la Lune, un délire psychotique du même genre. Le danger était trop grand, et elle le savait. Mais elle ne pouvait pas se permettre de paniquer. Elle attendit que sa mère reparte. Apparemment, tout serait joué d'ici demain matin. Il ne lui restait qu'une nuit...

Lorsqu'Elwë et Isil apparurent, elle les mit au courant de ses intentions de partir. Isil approuva, expliquant cependant que suite à ça, elle risquait de ne plus pouvoir être avec elle. Elle faisait partie d'elle, et elle allait retrouver sa place, dans sa tête. Une fois dehors, elle n'aurait pas besoin d'une amie imaginaire. Quant à Elwë, il ne semblait pas tout comprendre, mais il se frotta contre elle, signe qu'il voulait partir avec elle, selon elle. Elle commença alors à chanter, et il se dématérialisa. Elle lui demanda alors d'ouvrir la porte, fermée par un simple loquet. Il se glissa sous la fente du bois et elle suivit son parcours à travers l'interstice des briques. Il se concentra sur le loquet, un système simple en soit. Il agrippa la barre en métal, la souleva et la tira vers la droite pour ouvrir la porte. Puis, il retourna près de son amie humaine, qui prenait son livre de contes, qu'elle rangea dans une sacoche en cuir. Puis elle quitta la cave dans laquelle elle avait toujours vécu, veillant à remettre le verrou derrière elle.

A pas silencieux, elle explora la maison, écoutant les ronflements de ses parents pour s'assurer qu'ils ne se réveilleraient pas. Elle trouva la cuisine où elle put dénicher un poignard, qu'elle prit aussi avec elle. Puis, elle quitta la pièce, et sortit enfin de la maison. Sans un regard en arrière, elle s'enfuit sous le couvert d'une nuit sans lune, son ami félin à ses côtés. Elle vivrait de vols et de larcins, ne sachant malheureusement rien faire d'autre. Elle n'agirait pas par gaieté de coeur, mais elle n'avait plus le choix maintenant qu'elle était libre.


   
Présentation de
    Vos dons/ Vos défauts
  



 Le Chant Spectral : A la base le pouvoir n'a rien à voir avec un chant, mais c'est le seul moyen que Laureline a trouvé pour le déclencher, d'où le nom. Ce sort consiste à transformer un être vivant en une sorte d'esprit fantomatique. L'être ne pourra pas traverser les murs, mais se glisser dans le moindre interstice, et sera apte à porter des petits objets pas très lourd, comme une pomme ou une clé, ou bien pousser des loquets. L'esprit sera complètement silencieux et translucide. Néanmoins, il aura une espèce de petit halo blanc autour de lui qui peut trahir sa présence, bien qu'il soit insaisissable physiquement. Par contre, le moindre dégât magique peut briser le sort et rendre à l'esprit sa forme originale, de chair et d'os. Durant tout le sort, Laureline continuera de chanter, ce qui fait qu'elle n'a qu'un temps limité pour que l'esprit accomplisse sa mission. De même, il ne faudra pas qu'elle s'éloigne de son animal-esprit, sinon le charme sera rompu. Sans compter que l'esprit reste un être indépendant, doté de son intelligence et conscience propre qui peut décider de ne pas accomplir sa mission. De plus, le sort est plus efficace la nuit ou dans le noir. Pour donner une idée, ça ressemble globalement à ça.

Lvl 1 : Le charme reste basique, et ne peut durer que deux minutes tout au plus. Il demande beaucoup de concentration à Laureline, qui ne peut pas surveiller ses arrières. En effet, si elle est coupée dans son chant, le sort est brusquement interrompu. Elle est incapable de lancer son sort de jour. L'animal choisi comme cible est forcément proche d'elle, tant physiquement qu'avec un véritable lien d'affection et doit être basique, sans aucune trace de magie en lui (un chien de feu, ça ne passe pas, par exemple). Elle ne peut pas s'éloigner à plus de 10m de l'animal, sinon il reprendra sa forme normale. L'esprit n'a pas beaucoup de force et ne peut porter qu'un objet. Une fois lancée, elle doit quasiment attendre six heures pour recommencer, et doit garder un contact visuel constant avec l'esprit.

Lvl 2 : Le charme peut durer un peu plus longtemps, et demande un peu moins de concentration, mais reste toujours délicat à lancer. Elle peut lancer son sort en présence d'une faible lumière (comme une bougie). La cible doit toujours être proche d'elle. Elle peut commencer à transformer des petits animaux magiques (vraiment petit, et vraiment pourvu d'une très petite quantité de magie). Elle peut s'éloigner jusque 15m de l'animal, qui peut porter un seul objet, mais est désormais plus rapide et plus fort, et a donc potentiellement le temps de faire deux aller-retour. Le temps de « recharge » passe à quatre heures environ. Elle peut perdre de vue quelques secondes l'esprit sans problème.

Lvl 3 : Le charme dure plus longtemps, pouvant pousser jusqu'à dix minutes (elle ressentira par contre une grande fatigue suite à ça) et elle a besoin de moins de concentration pour chanter, le faisant par automatisme presque, ce qui lui permet de mieux surveiller ses arrières. Elle peut exécuter le sort en plein jour (même s'il perdra grandement en efficacité, ayant autant de puissance que le lvl 1). La cible peut être éloignée physiquement de quelques mètres. De même, l'esprit peut pousser jusque 30m avant que le charme ne se rompe, et il peut porter des objets plus lourds, sa vitesse ayant aussi été augmentée. Il lui faut environ deux heures entre chaque sort pour l'utiliser. Une utilisation trop rapprochée l'épuisera cependant. Elle n'a plus besoin de surveiller l'esprit constamment pour qu'il garde sa forme spectrale.

Actuellement, elle n'a qu'une maîtrise basique, donc de niveau 1, de son pouvoir, avec Elwë. Ses autres dons sont :

- Chant
- Grâce féline
- Apaisement des émotions
- Vision nocturne
- Déplacement silencieux


Niveau qualité, on peut donc dire que c'est quelqu'un de silencieux, rapide, agile et discret, sans compter sa gentillesse une fois qu'elle laisse tomber ses barrières.
Au niveau des défauts, elle est méfiante, soumise, lâche, et d'une très faible constitution physique, quelques coups suffisent à la mettre à terre.

Sa plus grande peur est de perdre sa liberté, tant physiquement qu'à cause d'une emprise mentale. De même, elle craint grandement la lumière du soleil et limite ses déplacements de jour.

Elle n'a pas vraiment d'ennemis jurés, même si elle déteste ses parents et ne veut plus jamais les revoir. Elle est également effrayée par les fanatiques, peu importe le domaine.




  
Complément
    De la fiche
  

   Code du réglement : C'est au pied du mur que l'on voit le mieux le mur (seriously, guys xD et moi j'suis fatiguée)
   Comment es-tu arrivé ici ? : Les deux fonda m'en ont beaucoup parlé ^^
   Que pense tu du forum pour le moment ? : Très beau design (même s'il fait crasher mon pc) et j'espère pouvoir aider à l'activité ^^ Oh et petite précision perso : j'ai fait une partie de ma fiche à des heures indues, du coup c'est ptêtre le foutoir parfois ><
  Temps de présence prévue pour le moment ? : Je peux normalement passer une fois par jour, minimum. Par contre, je vais bientôt déménager, ce qui va entraîner un changement dans mon rythme de vie auquel il va falloir que je m'habitue, donc je serai peut-être plus longue à rp pendant ce temps ^^'
  Acceptes-tu de céder ton personnage au profit du forum ? Pourquoi pas ? ^^
  Acceptes-tu la mort potentielle de ton personnage ? Non ><
  
  


Dernière édition par Laureline Ninquelotë le Ven 20 Nov - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 105
Date d'inscription : 25/07/2015
Age : 18
Localisation : Sud de la France o/
MessageSujet: Re: Moonrise [Fini]   Ven 20 Nov - 19:56

Bienvenue, belle demoiselle ! Une ballade sera écrite pour célébrer ton arrivée sur les terres d'Erebion ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Conseillère Valar
Messages : 306
Date d'inscription : 28/05/2015
MessageSujet: Re: Moonrise [Fini]   Ven 20 Nov - 20:45

Yeaaaaaaaaaaaaaaaaaah !! J'ai enfin lu ta fiche !

Bon et bien ... J'ai vue quelques fautes par endroit mais bon j'en fait bien plus que ça et vue l'heure à laquelle tu as fait ta fiche je dirais rien.

Je te valide avec plaisir !


Bon jeu, et amuse toi bien en ce monde peuplé de fou !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Moonrise [Fini]   Ven 20 Nov - 22:18

Merci Zelgius =D

Merci Lillyth =D Et oui, j'ai même oublié de rajouter deux trucs que je viens de mettre (une phrase à la fin de l'histoire, et une autre dans les pouvoirs, après la description générale du machin). Bref, merci pour la validation =3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 439
Date d'inscription : 28/03/2015
Age : 27
Localisation : Tour des Dieux
MessageSujet: Re: Moonrise [Fini]   Sam 21 Nov - 13:50

Alors alors... Chère Laureline,

J'ai lu ta fiche et tout me semble plutôt correct, malgré quelques fautes que tu as remarqué toi même (mais vu l'heure à laquelle tu écrivais, ça me semble normal xD).
Bref, j'aime bien la description de ton pouvoir, et je trouve l'idée d'Elwe assez sympa (ça me fait un peu penser aux pseudo-dragons attachés à leur Drakéïd ^^). Enfin, je fais confiance à Lillyth pour la validation finale mais te valide également Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Moonrise [Fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Moonrise [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Vie du Forum :: L'Almanach :: Personnages :: Fiches validées-